Pin It

L’expérience du festival du soleil, l’Inti Raymi, à Cotacachi

festival du soleil

Retrouvez les infos pratiques sur le festival du soleil, l’Inti Raymi, en Équateur, en bas de page.

Un heureux hasard

Lorsque l’on voyage et que l’on choisie un endroit à visiter, on se fait toujours une idée de ce qui nous attend une fois sur place. On lit nos guides de voyage, on s’informe sur des forums ou à d’autres voyageurs rencontrés sur la route. On se dirige vers cet endroit en ayant en tête une image préconçue. Régulièrement on retrouve la raison de notre venue en ce lieu. Mais parfois, le destin nous amène à vivre une expérience hors du commun, qui fera de cet endroit un lieu spécial et de ce moment, un instant privilégié où on se dit:  »J’étais vraiment à la bonne place au bon moment! ». Ces expériences exceptionnelles nous donnent l’impression que l’on vit quelque chose d’unique qui se distingue des récits des autres voyageurs passés avant nous. Assister à un mariage, à une crémation ou à des funérailles, à des festivités dans un village, partager le quotidien d’une famille, sont des moments spéciaux et uniques. Ces événements qui sont ponctuels et dynamiques dans le temps donnent une autre couleur à l’endroit visité. Notre appréciation d’un lieu passe souvent par l’expérience vécue sur place. Même si l’endroit semble sans intérêt à première vue, une suffit d’un instant pour changer à jamais notre regard sur celui-ci. Et c’est exactement ce que j’ai vécu dans la petite ville de Cotacachi, réputée pour le travail et la qualité de son cuir, dans le nord de l’Équateur. Une simple escale sur la route, par un temps morose, qui allait devenir l’un de mes moments forts de ce voyage.

caroleDe plus, pour un voyage personnalisé et authentique en Équateur, prenez contact avec Carole, l’experte local de TraceDirecte.

Faites une demande de devis gratuite, vous pourrez échanger directement avec elle via votre espace client et même l’appeler en Équateur avec un numéro gratuit ! 

On encore, comparez en faisant faire un devis gratuit avec un expert de chez Evaneos.

Le festival du soleil, l’Inti Raymi

inti raymiLors de notre visite dans la Sierra du nord, notre principale destination était la ville d’Otavalo connue pour ses marchés, principalement celui du samedi qui attire des gens de partout. Les rues se transforment en énorme marché extérieur où produits d’artisanat et étals de nourriture se succèdent. Dans cette fourmilière à l’apparence de labyrinthe, les couleurs sont éclatantes, le brouhaha incessant. On tente d’attirer les acheteurs et une fois réussie, le jeu de la négociation commence. C’est l’endroit idéal pour terminer son voyage, car non loin de Quito il permet de faire l’achat de souvenirs et de présents avant de revenir à la maison. Pour notre part, notre visite était en début de voyage. Alors, malgré les beaux tissus, nos sacs déjà chargés nous ont dissuadé d’acheter quoique ce soit. Par contre, pour un premier contact avec la culture indigène andine, c’était la porte d’entrée idéale. Les indigènes d’Otavalo sont réputés pour leurs habits, leur classe et leur culture bien préservée.

Après avoir parcouru les marchés du samedi, nous avions encore une journée pour visiter les environs. Notre départ vers le sud était prévu le lundi. Nous avions donc le dimanche pour nous balader autour de la ville et pour découvrir les petits villages indigènes de la région. Nous avons regardé les possibilités qui s’offraient à nous et deux choix ont retenu notre attention. Tout d’abord, la visite de la Laguna de Cuicocha, lac d’un cratère de volcan, située à 1h30 d’Otavalo en montagne et un court arrêt à la petite ville de Cotacachi qui est reconnue pour son cuir. Un simple arrêt sur la route du retour, malgré notre peu d’intérêt réel pour le travail du cuir.

laguna cuicochaLa laguna s’est avérée un peu décevante. Malgré son très beau décor au coeur des montagnes, la température n’était pas de la partie. L’endroit doit être super lorsque le temps est dégagé. Mais le temps pluvieux et froid a rendu la visibilité très limitée sur les paysages, ce qui nous a convaincu de rebrousser chemin lors de notre petite balade autour de la lagune. Mais ce qui avait éveillé notre curiosité et qui nous rendait un peu plus impatientes de quitter cet endroit, était la fameuse fête de San Pablo qui avait lieu au même moment à Cotacachi. Plus tôt, le chauffeur de taxi qui nous amenait à la laguna nous avait dit que c’était une semaine de festivités dans la région pour l’Inti Raymi, le festival du soleil dans la culture inca. Elles avaient lieu depuis une  semaine et elles étaient sur le point de se terminer.

On partageait la route avec des groupes d’hommes drôlement vêtus d’un pantalon en cuir et fourrure, d’un chemisier d’armée, portant sur la tête un énorme chapeau noir conique et brandissant des bâtons en criant et dansant. Le chauffeur de taxi, métis, nous a expliqué que c’était une grande fête et que des hommes de tous les villages des alentours descendaient des montagnes pour aller danser dans la ville de Cotacachi. Il nous a mis en garde contre ces « indigènes » qu’il considérait comme des sauvages qui abusant un peu trop de l’alcool devenaient très agressifs au fil des heures. Les rivalités entre clans, très présentes, donnent lieu à de sanglants affrontements dans lesquels plusieurs personnes décèdent chaque année. Mais la curiosité étant plus forte que tout, nous avons décidé d’y aller et de participer à cet événement. C’était la journée de la fête de San Pablo, plus précisément une des multiples festivités avec celle de San Juan et San Pedro, durant le festival du soleil, l’Inti Raymi.

Le festival du soleil- L’Inti Raymi en Équateur

L’Inti Raymi, la fête du soleil (en langue quechua: Inti–Soleil et Raymi–fête), est à l’origine une cérémonie religieuse inca en l’honneur de l’Inti, dieu soleil. En Équateur, elle marque le solstice d’été et coïncide avec l’arrivée à maturation des produits de la terre et de leur récolte. Les villages qui participent à ces célébrations se situent essentiellement dans les régions andines. Musiques, danses, bains rituels de purification marquent ces fêtes liées à des traditions très anciennes. Pour l’occasion, ce sont les hommes qui sont les principaux acteurs de la fête : ils descendent à la ville de Cotacachi et se mesurent, par communauté indienne, dans des démonstrations de virilité. Costumés, ils entament dans les rues de la ville et sur la place, des marches rappelant des danses guerrières.

Source: http://m.aguila-voyages.com

Entre craintes et fascination

festival inti raymiUne fois sur place, nous avons constaté l’ampleur de l’événement. Des familles entières arrivaient de partout pour assister à cette danse spéciale des hommes autour du parc central. Des femmes aux habits traditionnels, parées d’énormes colliers de perles dorées, des hommes portant le poncho traditionnel bleu foncé, chapeau sur la tête, et les enfants, répliques identiques des adultes; formaient un poleton où il était difficile de circuler. Et tout autour, dansaient à tour de rôle chaque clan d’hommes criant toujours plus forts et brandissant armes vers le ciel.

Le spectacle était envoûtant. Ne connaissant rien à ce rituel, nous étions fascinées par cette manifestation publique et populaire et très craintives de se retrouver encerclées par ces hommes ivres aux gestes agressifs. La présence des 600 policiers anti-émeutes ne nous rassurait en rien. Leur plastron, leur matraque à la main et leur casque énorme sur la tête nous confirmaient que cet événement était tout sauf pacifique. Désirant absolument prendre des photos et des vidéos de ce moment, je me suis mise quelques fois en position de danger. Se mettre devant ce regroupement d’hommes qui marchent d’un pas assuré  sans jamais ralentir la cadence, m’a donné la frousse à plusieurs reprises. Adriana devait me tirer par le manteau pour que je puisse m’orienter à reculons et que je ne trébuche pas sur d’autres curieux ou sur un objet sur la chaussée. Nous sommes restées au plus 1 heure, le temps de s’imprégner de l’atmosphère et de vivre ce moment si particulier. Ce fut une expérience enivrante qui nous laisse un souvenir bien particulier de ce voyage en Équateur. La ferveur du peuple était si forte que ce fut un moment très riche en intensité. Vivre, ne serait-ce qu’un instant, le festival du soleil, est un plus à un voyage en Équateur. Si vous avez la chance, planifiez votre séjour durant l’Inti Raymi. Ce sera une expérience inoubliable à coup sûr.

festival du soleil

Infos pratiques 

  • Comment se rendre à Cotacachi: De la gare d’autobus d’Otavalo, prenez l’autobus direction Cotacachi. (25 minutes, 0.25$) Autobus fréquents
  • Quand: Débute à la fête de San Juan le 24 juin et se termine avec la San Pablo et la San Pedro le 29 juin
  • Où dormir: Hostal Chasqui à Otavalo (24$ pour une chambre privée) Demandez une chambre sur la terrasse, la vue est superbe. 593 062923199

Opt In Image
Abonnez-vous à l'infolettre mensuelle
Pour ne rien manquer des actualités

À propos de l'auteur

Rachel DecouverteMonde

Bonjour,
Je suis Rachel, l'auteure de ce blog de voyage. Québécoise et passionnée de voyage et de découvertes, je parcours le monde depuis plusieurs années dès que l'occasion se présente. Alors suivez-moi, je vous prête mes yeux et ma plume pour découvrir les richesses de ce monde.
Pour en savoir plus : Qui suis-je?

Laissez un commentaire

CommentLuv badge